SLIDELL, JOHN, représentant et sénateur de Louisiane; né à New York en 1793; diplômé du Columbia College (plus tard de l’Université Columbia), à New York, en 1810; a étudié le droit; admis au barreau de New York; a pratiqué le droit et s’est engagé dans les affaires; a déménagé à la Nouvelle-Orléans vers 1819 et s’est engagé dans le droit et les affaires; candidat malheureux à l’élection en 1828 au Vingt et unième Congrès ; Procureur des États-Unis de 1829 à 1833; candidat malheureux au Sénat des États-Unis en 1834, 1836 et 1848; élu démocrate aux Vingt-huitième et vingt-neuvième Congrès et siégea du 4 mars 1843 jusqu’à sa démission le 10 novembre 1845; président du Comité des revendications territoriales privées (Vingt-huitième Congrès); nommé ministre au Mexique en 1845, mais ce gouvernement refusa de l’accepter; offrit la mission en Amérique centrale en 1853, mais refusa; élu démocrate au Sénat des États-Unis en 1853 pour pourvoir la vacance provoquée par la démission de Pierre Soule; a été réélu et a servi du 5 décembre 1853 au 4 février 1861, date à laquelle il s’est retiré; président du Comité des routes et des canaux (Trente-quatrième Congrès); le 8 novembre 1861, alors qu’il était en mission diplomatique des États confédérés en Angleterre et en France, a été enlevé du paquebot postal britannique Trent, naviguant de La Havane vers l’Angleterre, et confiné à Fort Warren, port de Boston; a ensuite été libéré et a navigué pour Paris; est décédé à Cowes, île de Wight, Angleterre, le 9 juillet 1871; inhumation dans le cimetière privé du Famille Saint-Roman à Villejuif, près de Paris, France, dans le département de la Seine.