QU’EST-CE QUE HOSHANA RABBAH?

Hoshana Rabbahh est le nom spécial du septième jour de Souccot. C’est la fin de la période sérieuse de l’année juive qui commence avec Roch Hachana (Nouvel An juif). Hoshana Rabbahh est le dernier jour de ce temps de jugement car nous croyons que jusqu’à la fin de ce jour, Dieu peut changer son jugement sur ce qui nous arrivera au cours de l’année à venir.

Bien qu’important, Hoshana Rabba n’est pas un yom tov ou un Shabbat (jour où le travail est interdit). Nous sommes toujours autorisés à travailler et à faire des activités quotidiennes, comme aller à l’école, cuisiner, conduire en voiture, etc.

QUE FAISONS-NOUS SUR HOSHANA RABBAH?

4species2

Les adultes juifs passent la nuit avant Hoshana Rabbahh à prier et à étudier. Comme les autres jours de Souccot, nous agitons également les Quatre Espèces; c’est-à-dire que nous ramassons ensemble les lulavand etrog et les remontons, de haut en bas, en les secouant trois fois dans tous les sens.

Dans les temps anciens dans le Saint, les Juifs marchaient en rond autour de l’autel tenant le lulav dans leurs mains en récitant les prières Hallel et Hoshana. Sur Hoshana Rabbahh aujourd’hui, nous disons à la fois toute la prière du Hallel et aussi les prières Hoshana. C’est pourquoi on l’appelle ‘Hoshana Rabbahh’ (‘la grande prière Hoshana’!)

willow

Les prières Hoshana parlent de bénir la Terre d’Isreal est l’hébreu pour « O Aidez-nous ». Sur Hoshana Rabbahh, nous disons à nouveau toutes les prières Hoshana que nous avons dites pendant les six premiers jours de Souccot.

Pendant Souccot, les Juifs font beaucoup de processions dans la synagogue et sur Hoshana Rabba, elles continuent. Nous marchons autour de la bimah en portant le lulav et l’etrog en cercles appelés hakafot. Nous fabriquons sept hakafot, puis nous fabriquons cinq aravot (faisceaux de brindilles de saule). Nous battons l’aravot sur le sol jusqu’à ce que les feuilles commencent à tomber. Ensuite, nous sortons les rouleaux de la Torah de l’Arche.

AUTRES COUTUMES DE HOSHANA RABBAH

Tout comme à Roch Hachana, sur Hoshana Rabbahh, nous mangeons du miel pour symboliser une année douce. Nous nous saluons également avec la phrase « G’mar Tov ».

Les rouleaux de la Torah restent recouverts de blanc, tout comme le rideau qui traverse l’Arche. Dans certaines synagogues, le chazan porte encore la robe blanche ou kittel, comme il le fait lors des Grands jours saints.